Réplique du film Virgin suicides

On a affaire à une rêveuse totalement déconnectée de la réalité, en sautant elle a du penser qu'elle s'envolerait.

Personnage(s):


Film: Virgin suicides

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Virgin suicides



_ Mais tu comprends rien du tout ce soir.
_ J'vois pas ce qui t'as vexé là dedans.
_ Ah nan ? Et bah j'vais te le dire moi, tiens lis moi la dernière phrase. Vas-y !
_ Pourquoi, ça t'as pas plus que j'te dise « Tu es mon éternel » ? Je trouve ça très beau moi.
_ Oh oui c'est magnifique, c'était déjà magnifique quand j'ai lu cette phrase pour la première fois dans une autre lettre que tu as écrite à Peyton !
_ Brooke arrête c'est ridicule.
_ Ah tu trouves ? J'ai trouver cette lettre dans ta boîte à souvenir spécial Peyton. « Ma chère Peyton, blablablablabla. Tu es mon éternel. Signé Lucas. »
_ J'me souviens même pas lui avoir écrit ça !
_ Et bah pourtant tu l'as fait. L'éternité s'est plus ce que c'était !
_ Brooke, j'te demande pardon, j'ai fais une bêtise.
_ Quand ça, quand tu m'l'as écrit à moi ou à Peyton ?
_ T'avais cas pas fouiller dans mon placard !
_ Ah parce que tu crois que tu vas t'en tirer comme ça ?
_ Je sais que c'est un sujet sensible, tu m'as écris des lettres...
_ Ça n'a rien avoir, le problème c'est que t'es qu'un goujat qui recycle ses lettres d'amour !
_ Et toi t'es une folle à lier !

Les frères Scott

_ Tu ne m'aimes pas, tu aimes l'idée de moi !
_ C'est une très jolie idée...

Ecrire pour Exister

Chère Catherine,

Pardon de ne pas t'avoir parlé depuis si longtemps. J'avais le sentiment d'être perdu, sans repère ni boussole. Je n'arrêtais pas de me cogner partout. J'étais devenu un fou. Jamais encore je n'avais été perdu, c'était toi qui m'indiquais le nord. Je retrouvais toujours mon chemin, car tu étais mon chemin. Pardonnes la colère que m'as causé ton départ, je pense encore qu'une erreur à été commise et j'attends de dieu qu'il la répare. Je vais mieux
maintenant, le travail me soutient, mais par dessus tout, c'est toi qui me soutient. Tu m'es apparu en rêve, cette nuit et tu avais ce sourire, qui comme l'étreinte des amants et qui me berce comme un enfant. Tout ce que j'ai gardé du rêve, c'est un sentiment de paix. Je l'éprouvais encore à mon réveil et je me suis efforcé de le prolonger aussi longtemps que possible. Je t'écris pour te dire que je m'embarque à la recherche de cette paix et pour te demander pardon pour tant de choses.
Pardon de n'avoir pas mieux veillé sur toi, pour que tu n'ai jamais froid, jamais peur, que tu ne sois jamais malade. Pardon de n'avoir pas su trouvé les mots pour exprimer ce que je ressentais. Pardon d'avoir tant tardé à réparer la porte, c'est fait aujourd'hui. Pardon pour les fois ou nous nous sommes disputé, pardon de n'avoir pas su m'excuser, c'était par orgueil et pour tous les compliments que je ne t'ai jamais fait, sur tes coiffures et les vêtements que tu choisissais et par dessus tout de ne pas t'avoir serré si fort que dieu n'aurait pu t'emporter.

Avec tout mon amour,

G.

Une bouteille à la mer

C'est ça qui est génial dans l'univers ; son côté imprévisible.

Skins

Hé, ça ramone les poumons hein...

Les bronzés font du ski