Réplique du film Bob l'éponge, le film

Ah que coucou bob !

Personnage(s): Patrick


Film: Bob l'éponge, le film

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Bob l'éponge, le film



_ Tu t'es foutue dans un moule et si ça continue dans tu vas finir comme une tarte.
_ Qu'est-ce que tu racontes ?
_ Vous vous aimez pas Pierre et toi ça s'voit. Toi tu continues avec tes conneries dans ta tête. Tu vois pas qu't'es pas heureuse ?

Pieds nus sur les limaces

Ouf c'est un flingue que t'avais là. Pendant un instant j'ai cru que c'était un truc gay, quelque chose dont vous avez l'exclusivité.

Kiss kiss bang bang

_ Tu as un copain ?
_ Non.
_ Et, tu veux savoir si j'ai une copine ?
_ Non.

The Girl Next Door

Quand Mathilde et Manech ont fait l'Amour pour la première fois, il s'est endormi la main posé sur son sein. Et chaque fois que sa blessure le lance, Manech sent le cœur de Mathilde battre dans sa paume. Et chaque pulsation la rapproche de lui...

Un long dimanche de fiançailles

_ [Lisant son discours à l'enterrement de sa sœur] Ma sœur me manque. Chaque nuit vers 22h, elle avait l'habitude de m'appeler et quand je lui demandais pourquoi... Elle me répondait que son corps lui disait... Elle veut entendre ma voix.
_ [Il se lève] Je vais le lire. « Ma sœur me manque. L'odeur de son shampoing. Sa manière d'arriver à me convaincre de lui lire un autre livre. Quand vous aimez quelqu'un comme le l'ai aimée, cette personne fait partie de vous. C'est comme si vous étiez attaché par cette corde invisible, et peut importe si vous êtes loin, vous pouvez toujours la sentir. À présent, à chaque fois que je touche cette corde, je sais qu'il n'y aura personne au bout, et j'ai l'impression de plonger dans le néant. Puis je me rappelle de Jeane. Je me rappelle d'une vie menée sans ennemis, sans préjugés, sans regret... Et je suis inspirée... À me lever du lit et continuer de vivre. Ma sœur me manque tellement. C'est comme si une partie de moi c'était arrachée. Juste encore une fois je voudrais la serrer contre moi... 10 petites secondes de plus... Est-ce trop demandé ? Pour 10 secondes de plus dans ses bras ? Mais je ne peux pas, et je ne le ferai pas, et la seule chose qui m'empêche de me laisser emporter par la tristesse, est de me dire que Jeane me tuerait pour ça. Donc à partir de maintenant, elle va juste me manquer. Je t'aime Jeane. Repose en paix. »

Glee