Réplique du film Snatch

Vous savez bien, fish, chips, tasse de thé, bouffe dégeu, temps de merde, marie poppins de mes deux... Londres !

Personnage(s): Avi


Film: Snatch

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Snatch



Comment tu tues le diable, d'une balle dans le dos ? Si tu rates il se passe quoi ?

The usual suspects

C'est c'lâ oui...

Le père noël est une ordure

You may not like him, Minister, but you can't deny: Dumbledore's got style.

Harry Potter et L'ordre du Phoenix

Je suis dingue de cette fille, c'est vrai, dingue. Dès que je l'ai vue, je l'ai aimée. Je veux dire tout, j'ai tout aimé chez elle. Sa façon de marcher, sa bouche, son nez, ses yeux, et puis aussi son petit sourire triste. J'ai aimé aussi sa curiosité. Vous avez vu quand elle achète des pommes par exemple, elle veut savoir quel arbre les a portées, qui les a récolté, si aucun enfant n'a été exploité pendant la cueillette, un tas de truc comme ça. Elle est géniale. Et son rire, elle a un rire, nan ? Il est pas mal son rire. Bon bien sûr, elle est tête en l'air. Et même si à cette époque là on avait déjà vécu ensemble seuls, elle et moi, pendant, quoi, six-sept ans, elle n'a jamais été capable de savoir à quelle heure je sors du boulot. M'enfin, comment lui en vouloir ? Après tout c'est... Maman.

Celle que j'aime

_ Mais je vous en prie, éclairez-moi de vos lumières, puisque vous êtes soudainement devenu un expert en beau langage...
_ Pas besoin de devenir un expert, s'il vous plaît ! « Le vent, pareil à l'enfance, se joue de l'arbre moqueur... » ?
_ Oui, et ben ?
_ Eh ben c'est nul. Nul, nul, nul, zéro. « L'arbre moqueur », déjà ; ils peuvent pas s'empêcher de foutre des épithètes à tout ce qui bouge, ces poètes, même à ce qui bouge pas ! « La fleur goguenarde », « L'abeille malicieuse », « Le roseau pliable », « L'ourson rabat-joie ». Et même, des fois, ils le mettent avant le mot, comme ça, ça fait genre : « Le gai souriceau », « Le prompt madrigal », « La frisottée moustache ». [Il lève les yeux au ciel]
_ Je trouve révoltant de votre part de mettre systématiquement tout en œuvre pour me décourager !
_ Non, mais enfin vous allez pas me dire que c'est pas des conneries ! Est-ce que je vous dis, moi, « Passez-moi la blanche sauce » ? Non ! Est-ce que je vous dis : « Tiens c'est bon, ça, qu'est-ce qu'il y a dedans ? De la hachée viande et des secs raisins ? » ?
_ Mais vous ne comprenez rien à rien... C'est une licence poétique !
_ Non, non, non, non, je suis désolé, il y a trop de clampins qui se disent poètes qui sortent la licence poétique dès qu'ils pondent trois merdes que personne comprend !

Kaamelott