Réplique du film Y a-t-il un pilote dans l'avion ?

... have you ever been in a Turkish prison?

Personnage(s): Airplane


Film: Y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Y a-t-il un pilote dans l'avion ?



Tu dois être capable de faire n'importe quoi pour ton agent. Passer des heures entières avec lui, des jours des semaines complètes sans jamais rentrer chez toi. Tu dois pouvoir nier ta vie pour ton agent, la seule chose que tu ne puisses pas faire, c'est de le considérer comme un être humain. Un agent n'est pas un être humain... C'est une arme.

Secret Défense

Tu conduis toujours comme une vieille bogota allant à l'office du dimanche !

Space cowboys

Si tu bouffes, c'est à cause de moi, si tu rêves, si tu penses, si tu vis c'est à cause de moi.

Un prophète

L'homme que j'aimais est mort il y a trois mois.
Tant bien que mal, avant j'aimais la vie, parce qu'on l'avait en commun. Avant, j'aimais la vie, même sachant tout ce que je savais, car dans l'immensité du vide, il était là qui souriait. Aujourd'hui, je chéris un fantôme, un souvenir. Je pense encore à lui chaque jour, chaque minute, chaque seconde... Absurde constance. J'ai beau vivre, si on peut appeler ça vivre, j'ai beau baiser, et sortir... Je pense encore à lui. Je regarde les gens, leurs pas qui les emportent vers une finalité absente... Et au fond de moi-même, son image qui me hante. Je le connaissais mieux que personne. On avait le même état d'esprit, on méprisait la platitude et la médiocrité, on était prisonniers du fric et ça nous rendait dingues, et on ne savait pas pourquoi on existait. Maintenant, qu'il n'est plus là, je sais pourquoi j'existais.
J'existais pour lui.
Je suis faible, et j'ai l'impression que mon corps se meurt lentement. Seul mon esprit plein de souvenirs est encore vivace. Je préfère ressasser le bienheureux passé que de me contenter de ce présent de merde. Je n'oublierai pas ton visage, je n'oublierai jamais ta voix. Je me morfonds dans ma douleur.
Pauvre con, tu ne pouvais pas rouler moins vite.

Hell

_ Bradock, je vous préviens. Attention où vous mettez les pieds.
_ Je mets les pieds où je veux, Litlejohn... Et c'est souvent dans la gueule !

Portés disparus 3