Réplique du film Hiroshima mon amour

Je te rencontre.
Je me souviens de toi.
Qui es-tu ?
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
Comment me serais-je doutée que cette ville était faite à la taille de l'amour ?
Comment me serais-je doutée que tu étais fait à la taille de mon corps même ?
Tu me plais. Quel événement. Tu me plais.
Quelle lenteur tout à coup.
Quelle douceur.
Tu ne peux pas savoir.
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
J'ai le temps.
Je t'en prie.
Dévore-moi.
Déforme-moi jusqu'à la laideur.
Pourquoi pas toi ?
Pourquoi pas toi dans cette ville et dans cette nuit pareille aux autres au point de s'y méprendre ?
Je t'en prie...
(...)
Je te rencontre.
Je me souviens de toi.
Cette ville était faite à la taille de l'amour.
Tu étais fait à la taille de mon corps même.
Qui es-tu ?
Tu me tues.
J'avais faim. Faim d'infidélités, d'adultères, de mensonges et de mourir.
Depuis toujours.
Je me doutais bien qu'un jour tu me tomberais dessus.
Je t'attendais dans une impatience sans borne, calme.
Dévore-moi. Déforme-moi à ton image afin qu'aucun autre, après toi, ne comprenne plus du tout le pourquoi de tant de désir.
Nous allons rester seuls, mon amour.
La nuit ne va pas finir.
Le jour ne se lèvera plus sur personne.
Jamais. Jamais plus. Enfin
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
Nous pleurerons le jour défunt avec conscience et bonne volonté.
Nous aurons plus rien d'autre à faire que, plus rien que pleurer le jour défunt.
Du temps passera. Du temps seulement.
Et du temps va venir.
Du temps viendra. Où nous ne saurons plus nommer ce qui nous unira. Le nom ne s'en effacera peu à peu de notre mémoire.
Puis, il disparaîtra tout à fait.

Personnage(s):


Film: Hiroshima mon amour

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Hiroshima mon amour



Il y a des blessures qui ne guérissent jamais, quand elles ne vous dévorent pas tout entier.

Le seigneur des anneaux : la communauté de l'anneau

Je pense que quand on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner !

Le pacha

À chaque moment dans ce monde les choses changent.

Rogue L'ultime affrontement

_ Que pensez-vous de votre reprise si vous deviez la comparer à votre ancienne version ?
_ Oh c'est bon Mickey, vous savez aussi bien que moi que c'est une énorme daube ! Eh, eh ! Mais ne serait-ce pas génial si le numéro 1 à Noël cette année ce soit pas un jeune merdeux arrogant mais un vieux comme moi, ancien toxico qui cherche à faire son come-back à n'importe quel prix ? Pourquoi tous ces ados boutonneux le soir de Noël seraient-ils en train de s'éclater avec des jolies poulettes à poil à califourchon sur leurs couilles pendant que moi je végèterais dans une piaule pourrave avec mon manager Joe, le gars le plus moche de la terre, déprimé à mort parce que son idée foireuse n'a pas rapporté une tune ? Alors si par le plus grand des hasards vous croyez au Père Noël, les enfants, autant que votre oncle Billy y croit, achetez-moi ce purulent téton qu'on appelle un album ! Vous apprécierez tout particulièrement l'audace grossière avec laquelle nous avons vainement essayé de faire tenir 4 syllabes là où il n'y en avais que 2 dans l'original ! Ah Ah !

Love Actually

_ Elle fait pas un bruit bizarre ta bécane ? Elle avance au moins ?
_ Tu rigoles ou quoi ? j'la nourris au vitriol. D'ailleurs je viens de me réchauffer deux motards sur la Canebière, je te raconte pas comment j'les ai semé ! Allez si j'te raconte. Deux motard en haut du boulevard, je me mets à leur niveau. Feux vert ils avaient pas enclenché la première que j'étais d'ja sur la plage. Ils en étaient malade, vert bleu... J'les ai enfumé pour la semaine ces deux là ! Dans le tunnel du Prato, j'étais au taquet comme ça, poignet dans l'angle. J'en entendais un derrière il appelait sa mère ! Ces deux là ils sont pas près d'oublier Paulo j'peux t'dire !
_ Paulo, je te confirme Paulo, ils t'ont pas oublié.
_ Alors les filles, on portes toujours la moustache ?

Taxi