Réplique du film The O.C.

Vivons heureux, vivons caché. Je ne veux pas me donner en spectacle, les gens n'ont pas à se mêler de nos affaires... Je ne souhaite pas que notre histoire soit médiatisée et qu'on se retrouve sous les projecteurs. Un couple qui se donne en pâture au public ne tient jamais la route. Ok, ils sont jeunes, torrides... c'est l'idéal, et puis les gens se lassent... shopping, bistro branché, club VIP. On nous suivra à la trace... combien d'argent claque-t-elle en une journée, il devrait se faire pousser un bouc, on est sur-exposé et le plus beau couple de l'année divorce, ça ne nous arrivera pas, nous fuirons les feux de la rampe. Hein Cohen ?

Personnage(s): Summer Roberts à Seth Cohen


Film: The O.C.

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique The O.C.



Grassouillet, je suis plutôt pas joli. Je suis jaune et l'on me voit de loin. Si tu me demandes où je suis, je te réponds « au coin, au coin coin ». En marchant je fais caca mais très peu. Qui suis-je ?

La vie est belle

Son art c'est la mort. Et il s'apprête à peindre son chef d'œuvre.

Man on fire

Cruauté, quel mot a autant de noblesse que celui-là ?

Les liaisons dangereuses

Mon pessimisme est moins tragique que ton optimisme.

La petite Lili

_ Est ce que tu te souviens la première fois où on s'est rencontrés ?
_ Pardon ?
_ Eh bien, j'essayais de me rappeler de notre première rencontre. C'était probablement chez Luke non ?
_ C'était chez Luke, à l'heure du déjeuner. C'était une journée vraiment speed. C'était plein à craquer et cette femme...
_ Est ce que c'est moi ? Est ce que c'est moi ?
_ Cette femme a débarqué au resto clairement en manque de caféine.
_ Oh, c'est moi !
_ J'étais avec un client, elle m'a interrompu avec des yeux terribles me suppliant de lui servir un café. Alors je lui ai dit d'attendre son tour et là elle a commencé à me suivre partout en débitant 1000 mots à la minute pour dire Dieu sait quoi. Je me suis finalement tourné vers elle et je lui ai dit qu'elle était plutôt pénible, qu'elle s'asseye, qu'elle la ferme et qu'elle attende son tour...
_ Tu sais, je parie qu'elle l'a très bien pris car elle se sentait délicieusement bien !
_ Elle m'a demandé ma date de naissance, j'ai refusé de lui dire. Elle n'arrêtait pas de parler, j'ai cédé, je lui ai dit ma date de naissance. Ensuite, elle s'est précipitée sur le journal et elle l'a ouvert à la page horoscope, elle a écrit un truc dessus et elle me l'a tendu.
_ Allez, sérieusement c'est toi qui a écrit le menu avoue !
_ Je jette un coup d'œil à ce papier et sous le signe du Scorpion, elle avait écrit « vous allez rencontrer une jeune femme pénible aujourd'hui. Donnez lui un café et elle s'en ira. » Je lui ai donné son café...
_ Et elle n'est pas partie ?
_ Elle m'a dit de garder cet horoscope, de le mettre dans mon portefeuille et de la garder avec moi. Et un jour il me porterait chance [Il sort un papier de son portefeuille et le tend à Lorelai].
_ Eh bien mon vieux, je dirais n'importe quoi pour avoir une tasse de café ! Oh j'arrive pas à croire que tu ais gardé ça... Tu l'as gardé dans ton portefeuille...
_ 8 ans...
_ 8 ans...

Gilmore Girls