Réplique du film The squid and the whale

I absorb sex indiscriminately, numb and impartial. I suck men of their interiors. A fuck that unites John, Dan, Scott, whomever in the popular lust and paternal hunt for my possession. He was a large man, though his arms were thin. The upper part soft, but not fleshy. Like a young woman's. He had long, delicate fingers and plump palms similar to a raccoon's. With finesse, he plied the meat from a crab claw and sucked oysters from their shells.

Personnage(s): Lili


Film: The squid and the whale

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique The squid and the whale



_ Dans les chambres, y a des lits gigogne ?
_ Des gigognes ? Euh oui, bien sûr madame, oui, c'est la faune locale du Périgord ça ! Y a aussi des tourterelles, des albatros, et des chouettes hulottes. Et on a même aperçu un tapir une fois.

Nos jours heureux

Je n'avais jamais vécu aussi dangereusement, mais je me sentais en sécurité. Quand à la violence, pour être franc elle s'est emparée de moi. Lorsque vous-vous prenez quelques bon coups de poing, que vous-vous rendez compte que vous n'êtes pas en sucre, vous ne vous sentez en vie qu'en y allant à fond.

Hooligans

Je nous ai trouvé une chanson. Et ça sera la notre. Un air uniquement pour toi et moi. Parce que tout le monde à des chansons, mais elles sont horribles. Et tout le monde a les mêmes. Je trouve ça dégoûtant. Pas nous. Nous, on en a une rien qu'à nous.

Blue Valentine

La vie est un rêve effrayant.

Gladiator

_ Cette photo de l'oncle Watt là-haut, qu'est-ce-qu'elle vous inspire ? Ne réfléchissez pas, répondez tout de suite.
_ Heu... Un.. un malade.
_ Un malade. Quel genre de malade ? Tout de suite !
_ Un... malade mental.
_ Oui mais là vous enrobez. Allez encore plus loin ! Laissez parler ce qui est en vous, dites la première chose qui vous vient, même si c'est farfelu !
_ Heu... Dracula qui a oublié de se raser !
_ Oui c'est bon ! Il y a un poète en vous en fin de compte !
Ok fermez les yeux. Non on ferme les yeux ! Attention décrivez-nous ce que vous voyez.
_ Je ferme toujours les yeux ?
_ Oui...
_ Je vois la photo de Watt sur le mur...
_ Le Dracula fou qui a oublié de se raser ?
_ Le Dracula fou qui a oublié de se raser, avec un regard qui martèle mon cerveau...
_ Ca devient très intéressant... Animez-le maintenant ! Comment se comporte-t-il ?
_ Il tend ses mains vers moi, il m'étrangle...
_ C'est ça ! Bravo ! Magnifique !
_ Maintenant il marmonne...
_ Qu'est-ce-qu'il marmonne ?
_ La vérité toute crue...
_ Oui ?
_ Il dit que la vérité c'est comme une couverture qui laisse les pieds froids !
[Rire des élèves]
_ Oubliez-les, oubliez-les ! Restez avec la couverture ! Parlez-moi de la couverture !
_ On... on a beau la pousser, la tirer, elle ne recouvre jamais... On lui donne un coup de pied il n'y a rien à faire, c'est pas mieux ! Depuis qu'on est arrivé au monde en criant, jusqu'à ce qu'on le quitte en mourant, elle ne recouvre que notre visage ! Et c'est pourquoi on crie... on geint... et on pleure...
_ N'oubliez jamais ça.

Le cercle des poètes disparus