Réplique du film 2 Days in Paris

Voilà. Un de plus, un de moins. Une autre histoire d'amour gâchée. Pourtant je l'aimais celui-là... Quand je pense que c'est fini, que j'le reverrais plus jamais comme ça... Oui, je le verrais peut être, en ami, de temps en temps et que ce sera tellement différent. On s'présentera nos nouveaux copains-copines mutuels. On ira dîner en prétendant que ça nous touche absolument pas. Et puis un jour, on pensera de moins en moins l'un à l'autre et on s'oubliera complètement... ou presque.
Toujours la même chose pour moi : séparation, dépression, récupération par la boisson, rencontre d'un garçon, puis d'un autre polisson. Quelques parties de jambes en l'air pour oublier ce cher garçon et puis après, trop de vide... On cherche à nouveau l'amour de notre vie. On cherche un peu partout et enfin, après deux ans de désespoir et de solitude, on trouve un autre amour... Jusqu'à la prochaine fois.

Il y a un moment où on peut plus se remettre d'une autre séparation. Et que même si cette personne vous emmerde 60% du temps, eh bah, on ne peut pas vivre sans elle. Que même si il vous réveille tous les matins en vous éternuant en pleine figure, et bien on préfère ses éternuements, à tous les baisers des autres.

Personnage(s): Marion


Film: 2 Days in Paris

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique 2 Days in Paris



Où est cet amour dont tu parles ? Je ne peux pas le voir, je ne peux pas le sentir. Je peux l'entendre. J'entends des mots, mais je ne peux rien faire de ces paroles faciles.

Closer, entre adultes consentants

Je rime et je rame comme tartine et boterham, hein comme on dit.

Dikkenek

L'administration est une vieille fille, Léo. Elle aime pas qu'on la prenne en levrette.

36 Quai des Orfèvres

Chère Karen,

Si tu lis cette lettre, ça veut dire que j'ai finalement eu le courage de la poster et c'est tant mieux pour moi. Tu ne me connais pas très bien mais une fois lancé j'ai tendance à parler pendant des heures de mes difficultés d'écrivain, mais c'est la chose la plus difficile que j'ai jamais eu à écrire de toute ma vie ; il n'y a pas de façon simple de dire ça alors j'vais m'lancer. J'ai rencontré quelqu'un par accident, j'l'avais pas prévu ça m'est tombé d'ssus par surprise et ça a été le coup d'foudre, elle a dit un truc j'en ai dit un autre et l'instant d'après je voulais passer le reste de ma vie dans cette conversation. Je sens tout au fond de moi que ça pourrait être la femme de ma vie. Elle est complètement dingue d'une façon qui m'fait sourire, elle est vraiment disjonctée et cela demande qu'on s'occupe d'elle en permanence, cette fille c'est toi Karen. Ça c'est la bonne nouvelle, la mauvaise c'est que je ne sais pas comment faire pour être avec toi en c'moment et ça m'fiche vraiment la trouille parce que si je ne suis pas à tes cotés maintenant j'ai le sentiment qu'on va s'perdre de vue. C'est un monde vaste et dur, plein d'imprévus et il suffit de cligner des yeux pour manquer le moment essentiel, le moment qui aurait pu tout changer, je ne sais pas ce qui se passe entre nous je ne sais pas te dire pourquoi tu devrais me faire une confiance aveugle, mais bon dieu tu sens bon comme des gâteaux fait maison et ton café est excellent c'est tout de même pas rien tout ça. Appelle moi.

Infidèlement tiens Hank.

Californication

1965, l'acide tombe en pluie sur San Francisco.

Las Vegas parano