Réplique du film Jo

Le terrassement, c'est fait.
Entrouvrir la porte c'est fait.
Troisièmement, se munir d'un revolver.
Donc troisièmement revolver, voilà.
Quatrièmement, éteindre les lumières.
Cinquièmement, je ne vois plus clair.

Personnage(s): Antoine Brisebard


Film: Jo

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Jo



_ C'est lequel d'entre vous qui a demandé à ma sœur si elle suçait ?
_ C'est moi pourquoi ? Tu veux la remplacer ?

Quatre garçons pleins d'avenir

Plaisantez pas avec ça, c'est important vous savez une famille. Vous regarder grandir tout les trois c'est le plus beau spectacle auquel j'ai assisté dans toute ma vie. Avoir des enfants, c'est une chance merveilleuse.

Le premier jour du reste de ta vie

_ Il serait peut-être temps de renouveler les consomations, là.
_ Un café avec cinq pailles madame !

Le péril jeune

_ Tu ne veux pas plutôt arrêter ? À quoi ça sert de s'obstiner ? Ne me regarde pas avec cet air ahurit. Je ne voudrais pas que tu le prenne mal mais je ne peux plus avec toi c'est tout. Pour dire la vérité tu me dégoûtes, tu veux bien terminer ton travail maintenant s'il te plaît, pas envie de passer la nuit ici.
_ Mais qu'est ce que je t'ai fait ?
_ Mon dieu tu ne m'as rien fait qu'est ce que tu racontes, tu es laide, tu as la peau fripée et flasque, tu es négligée et tu as très mauvaise haleine ça te suffit ? Faudra faire bouillir cette housse, tu ne vas pas jouer les vierges éplorées ? Le monde ne va pas s'écrouler, ni sur toi ni sur moi, il n'y a aucun risque, je dis juste que je ne veux plus, je ne dis rien d'autre. C'est pas faute d'avoir essayé, je me suis vraiment efforcé d'en imaginer une autre pendant que je couchai avec toi ; qu'il y'ai une bonne odeur, qu'elle soit jeune, en tout cas moins décatit que toi. Mais je n'ai pas assez d'imagination. J'ai beau faire, c'est toujours de toi qu'il s'agit, du coup ça me donne envie de vomir et j'ai honte de moi. Alors à quoi bon ?
_ Tu as fini ?
_ Oui, depuis longtemps.
_ Tu dois être très malheureux pour dire des choses aussi méchantes.

Le ruban blanc

Attendre après toi c'est comme attendre après la pluie durant cette sécheresse : inutile et désappointant.

Comme Cendrillon