Réplique du film True blood

As your friend Lafayette would say, what goes around comes around, bitches !

Personnage(s): True Blood, Marnie Stonebrook


Film: True blood

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique True blood



Ce sont les pauvres qui sont fous. Nous, les millionnaires, nous sommes excentriques !

Speed

Ton corps te dira merci.

Les petits mouchoirs

_ Vas-y, rentre dans ce sac de couchage ! Vite !
_ Non, mais tu me prends pour un Twix ou quoi ?!

Chouchou

_ Et si je te disais que tu as fait le travail pour lequel on t'a engagé et bien fait même mais que quelqu'un te sabotait, quelqu'un t'exploitait, te piquait tes idées et toi tu t'es rendue compte de rien !
_ Comment est-ce possible ?
_ Oh crois moi c'est possible.
_ Mais qui ferait une chose aussi ignoble ?
_ C'est... c'est moi !
-...
_ J'étais un pauvre type sans grand intérêt quand tu as été nommée au poste que moi j'étais persuadé avoir, et bah je ne me suis pas demandé si tu le méritais plus que moi ou si tu étais plus compétente. J'trouvais que ce boulot me revenait de droit et j'étais prêt à tout faire pour le reprendre. Et alors je t'ai exploité de la façon la plus épouvantable...
_ ... [les larmes aux yeux]
_ Ça t'es arrivée de faire ça ? De faire fausse route ? Non bien sûr pas toi, t'aurais jamais fait ça, y'a que quelqu'un comme moi pour le faire. Et le problème dans cette histoire c'est que plus j'essayais de t'enfoncer et plus j'apprenais à te connaitre. Et plus je te connaissais et... et plus j'étais émerveillé ! Non c'est vrai, tu m'as ébranlé, tu as boulversé ma vie, tu m'as ébloui !
Les hommes dans le genre de ton ex mari sont coupable de t'avoir fait croire que le prix à payer pour être toi même, c'était de perdre le droit d'être aimé ! C'est bien ça que tu as essayée de me dire l'autre soir, que tu n'étais pas une femme complète et dans ses conditions pas vraiment gagnante.
Tout ce qui fait que tu es toi, ton esprit ta bonté ton, intelligence, tout ce que tu es, tout fait que moi je te désir encore plus et... Oh... Oh non de Dieu... On pourrait croire que je suis venu à une heure du matin pour jouer les héros et voler à ton secours mais la vérité c'est que moi j'ai besoin qu'on vole à mon secours.
_ ... [retenant ses larmes]
_ Maintenant j'aimerai pouvoir lire dans tes pensées.
_ J'étais en train de penser que, si tout ce que tu m'as dis est vrai, si c'est vrai qu'on me rend mon travail... je... crois que tu es viré.
_ Bah... j'avais pas vu les choses sous cet angle là... Enfin non pas que... que je ne le mérite pas... ça... ça oui je le mérite... je begaye...
Euh maintenant je me sens un peu gêné, je me sens gêné de t'avoir dit que j'avais besoin d'être secouru. [en partant]
Enfin voila...
_ ... [le rattrapant] Et c'est fini ?
_ Je ne veux pas que ce soit fini ! C'est pas ce que je veux du tout !
_ Alors tu ne vas pas laisser le simple fait que je t'ai viré constituer un obstacle ? Je ne savais pas à quoi réagir en premier. Hé grande nouvelle, j'ai fait fausse route. Quel genre de prince charmant je serai si l'homme que j'aime a besoin d'être secourus et que je le laisse franchir le seuil de ma porte !
_ Mon Héros !

Ce que veulent les femmes

_ Est que tu as déjà vu monsieur Marcellus Wallace ?
_ Quoi ?
_ Est que tu as déjà vu monsieur Marcellus Wallace ?
_ Quoi ?
_ Si tu dis encore un fois quoi je te fligue. Est ce que tu as déja vu Mr Marcellus Wallace ?
_ Oui.
_ Et à quoi est-ce qu'il ressemble ?
_ À... À un grand black.
_ Bien. Est-ce qu'il ressemble à un tapette ?
_ Quoi ?
[Il lui tire une balle dans l'épaule]
_ Est-ce que monsieur Marcellus Wallace ressemble à une tapette ?
_ Nnnn... Non !
_ Alors pourquoi tu as essayé de le baiser. Il se trouve qu Mr Marcellus Wallace ne baise qu'avec sa femme, Madame Wallace.

Pulp Fiction