Réplique du film Inglorious Basterds

Each and every man under my command owes me one hundred Nazi scalps... and I want my scalps!

Personnage(s): Lt. Raine


Film: Inglorious Basterds

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Inglorious Basterds



Je ne sais pas quoi vous dire en fait. Trois minutes avant le plus grand combat de nos carrières. Tout se joue aujourd'hui. Soit nous guérissons en tant qu'équipe, soit nous nous écroulons, centimètre après centimètre, jeu après jeu, jusqu'à la fin... Nous sommes en enfer messieurs. Croyez-moi. Nous pouvons y rester, nous faire massacrer... Ou nous pouvons nous battre et revenir dans la lumière. Nous pouvons remonter de l'enfer centimètre par centimètre. Je ne peux pas le faire à votre place. Je suis trop vieux. Je regarde autour de moi, je vois ces jeunes visages et je me dis que j'ai fait tous les mauvais choix qu'un homme d'âge mûr peut faire. Croyez-le ou non, j'ai claqué tout mon fric. J'ai fait fuir tous ceux qui m'ont aimé. Ces jours-ci, je ne peux plus me regarder dans la glace... Quand on vieillit, certaines choses vous sont enlevées. Ça fait partie de la vie. Mais on n'apprend ça que quand on commence à perdre des choses. On apprend que la vie se joue centimètre par centimètre. Le football aussi. Dans les deux jeux, la vie ou le football, la marge d'erreur est très mince. Un demi-pas trop tard ou trop tôt, et on n'y arrive pas tout à fait. Une demi-seconde avant ou après, et on n'attrape pas tout à fait. Ces centimètres que nous voulons sont partout autour de nous. Dans chaque phase de jeu, à chaque minute, à chaque seconde. Dans cette équipe, on lutte pour chaque centimètre. Dans cette équipe, on se déchire et on déchire tout le monde autour pour chaque centimètre. On griffe de nos ongles pour chaque centimètre. Parce qu'on sait qu'à la fin, le total de tous ces centimètres fera la putain de différence entre gagner et perdre ! Entre vivre et mourir ! Je vais vous dire : dans tout combat, c'est celui qui est prêt à mourir qui gagnera ce dernier centimètre. Et si j'ai encore un peu de vie, c'est que je veux encore lutter et mourir pour ce centimètre. Parce que vivre, c'est ça ! Ces quinze centimètres devant vous ! Je ne peux pas vous y forcer ! Regardez ce type à côté de vous ! Regardez-le dans les yeux ! Vous verrez un type qui foncera avec vous. Vous verrez un type qui se sacrifiera pour l'équipe parce qu'il sait que le moment venu, vous en ferez autant pour lui... C'est ça une équipe messieurs. Soit nous guérissons, maintenant, en équipe... Soit nous mourrons, en individus. C'est ça le football, les gars. Rien de plus. Eh bien, qu'allez-vous faire ?

L'enfer du dimanche

Je pensais pouvoir le comprendre, pouvoir le saisir. Mais je n'y arrivais pas. Pas vraiment. Je n'appréhendais que sa superficialité. Son impatience délicate, contenue, semi-précieuse. Je ne savais pas qu'il pouvais être plus qu'entier. Que l'entièreté était une idée de luxe. Car ce sont les moitiés qui vous coupent en deux. Je ne savais pas. Je ne sais rien des morceaux. Des morceaux sanglants de toi, et des morceaux sanglants de moi.

Like Crazy

It is time for you to GROW UP !

Peter Pan

_ Qu'est ce que vous êtes belle Georgette, quand vous rougissez. On dirait une fleure des champs.
_ Nan mais ça c'est mon aérophagie.

Le fabuleux destin d'Amélie Poulain

_ You know the differences between you and me, Violet?
_ No.
_ Me neither.

Bound