Réplique du film The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford

_ I got to use the privy.
_ You think you do, but you don't.

Personnage(s): Robert Ford et Jesse James


Film: The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford



_ Monsieur Caron, comment voyez-vous votre avenir ?
_ Depuis hier, je l'ai perdu de vue...

Beaumarchais, l'insolent

Tommy, ce crétin, est en train de prier ! Et si ce n'est pas le cas, bah il devrait.

Snatch

_ C'est votre créateur ?
_ N'utilise pas des mots que tu ne saisis pas.
_ Il y a beaucoup d'amour entre vous ?
_ N'utilise pas des mots que je ne saisis pas.

True blood

Je conduis et j'attends l'orage qui nous emportera tous, mais il n'arrive pas. C'est une belle journée. Ce ne devrait pas être une belle journée. J'attends, mais rien ne m'arrive. Pour la première fois, je me sens vraiment seul au monde. On a réussi, deux étrangers qui n'ont plus rien à se dire. Brian et moi adorions cet endroit, l'hôtel, la plage, rien n'a changé mais ce n'est plus qu'un endroit. Je ne sais pas ce qui va se passer, je ne sais pas combien de temps je survivrai, mais je sais que je serai seul.

Infectés

L'homme que j'aimais est mort il y a trois mois.
Tant bien que mal, avant j'aimais la vie, parce qu'on l'avait en commun. Avant, j'aimais la vie, même sachant tout ce que je savais, car dans l'immensité du vide, il était là qui souriait. Aujourd'hui, je chéris un fantôme, un souvenir. Je pense encore à lui chaque jour, chaque minute, chaque seconde... Absurde constance. J'ai beau vivre, si on peut appeler ça vivre, j'ai beau baiser, et sortir... Je pense encore à lui. Je regarde les gens, leurs pas qui les emportent vers une finalité absente... Et au fond de moi-même, son image qui me hante. Je le connaissais mieux que personne. On avait le même état d'esprit, on méprisait la platitude et la médiocrité, on était prisonniers du fric et ça nous rendait dingues, et on ne savait pas pourquoi on existait. Maintenant, qu'il n'est plus là, je sais pourquoi j'existais.
J'existais pour lui.
Je suis faible, et j'ai l'impression que mon corps se meurt lentement. Seul mon esprit plein de souvenirs est encore vivace. Je préfère ressasser le bienheureux passé que de me contenter de ce présent de merde. Je n'oublierai pas ton visage, je n'oublierai jamais ta voix. Je me morfonds dans ma douleur.
Pauvre con, tu ne pouvais pas rouler moins vite.

Hell