Réplique du film Les frères Scott

J'ai une fille, elle s'appelle Lily. Un jour elle me demandera comment ça se fait que son papa n'est pas avec elle, elle me demandera qui il était et comment il est mort. Et ce jour là je plongerai mon regard dans ses grands yeux, ses yeux qui ne reflètent ni la méchanceté, ni la jalousie, ni la cruauté et je répondrais... « Ton père aurait fait n'importe quoi pour son petit frère et c'est ce frère qui t'a privé de l'amour de ton père pour toute ta vie. Ton père a été abattu par son frère Lily. »

Personnage(s): Karen


Film: Les frères Scott

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Les frères Scott



_ Je m'présente : Lt. Aldo Raine, j'ai mon unité spéciale à former et je me cherche 8 soldats... 8 soldats américain, et juif. Vous avez ptet entendu de l'armada qui va débarquer, et ben... on va prendre un peu d'avance sur eux... On va nous parachuter en France habillé en civils... Et une fois qu'on sera en territoire ennemi, comme une vrai troupe de guérilleros, on aura une mission à remplir, et rien qu'une : tuer des nazis.
Bon alors je sais pas pour vous, mais, ce qui est sur c'est que j'ai pas foutu le camp de ma montagne, je me suis pas farci 8000 bornes de flottes, j'ai pas arpenté la moitié de la Sicile, et j'ai pas été largué par un zinc pour donner aux nazis des leçons d'humanités... Les nazis n'ont aucune humanité. Ce sont les fantassins d'un fou furieux assoiffé de meurtre bouffeur de juifs et il faut les détruire. Et c'est pour ça que tous les enfoirés en uniforme nazi qui croiseront notre chemin... On les liquidera...
Je suis le descendant direct d'un homme des montagnes, Jim Bridger, ça fait que j'ai un peu de sang indien et notre plan de bataille et ben il va venir tout droit de la résistance apache. On va pas faire dans la dentelle avec les allemands.
C'est notre cruauté qui leur fera comprendre qui ont est. Et ils auront plus aucun doute sur notre cruauté quand ils tomberont sur les corps démembré, écharpé de leurs frères qu'on sèmera derrière nous. Et les allemands vont pas avoir à faire le moindre effort pour imaginer la cruauté que leurs frères vont endurer entre nos mains, les talons de nos bottes et le tranchant de nos lames...
Les allemands seront malades en pensant à nous. Les allemands vont tous parler de nous. Les allemands auront une putain de trouille de nous. Et quand les allemands fermeront les yeux le soir et que leurs subconscients les torturera pour le mal qu'ils ont fait, ils vont penser à nous et j'vous jure que c'est ça qui va les torturer... Ça vous tente ?
_ Oui mon lieutenant.
_ Mmh v'la c'que j'aime entendre. Mais il faut que j'vous affranchisse tous mes jeunes guerriers, aussitôt que vous passerez sous mes ordres y'aura une dette sur votre dos. Dette que vous aurez envers moi, en personne.
Chacun des hommes ici qui passent sous mes ordres me doit 100 scalps ! Et j'les veux mes scalps. Tous autant que vous êtes vous me fournirez 100 scalps nazis prélevés sur la tête de 100 cadavres nazis... Jusqu'à en crever s'il le faut.

Inglorious Basterds

Comment te dire maman. C'est plus fort que moi, malgré moi j'peux pas t'écouter. J'ai besoin de te montrer que j'veux pas être ce que t'es. J'voudrais te dire que je t'aime, mais j'refuse ta position, te ressembler. Je peux pas accepter l'inacceptable, de ta relation avec cet homme qui est mon père. J'ten veux d'obéïr toujours, je sais que t'as pas le choix. Mais cette peur que tu transpires j'en veux pas. J'ai besoin de me battre, c'est vital j'ai besoin de ça, l'ouvrir tout le temps sinon rien, vivre sans ça je veux pas, je peux pas, plutôt crever. Mais maman c'est une médaille pour mutilée de guerre qu'il faudrait te remettre. Jamais de ma vie dans l'épreuve de la douleur j'ai vu une femme en passer par autant de positions. J'tai vue à la verticale, à l'horizontale, par terre, sur le ventre, sur le dos, hématome en pleine face, trempée de peur, se cacher dans les chiottes devant l'évier, ensanglantée, crâne ouvert, bouche pendante, menaçante, vouloir se défendre, rapidement allongée, agrippée au pied de table, se faire traîner, un gros trou dans les cheveux, énorme poignée de mèches dans les mains du père, rage montée, genoux en sang, supplier, prier. Courage chèrement payé. Souffrance sans prix, statut de mère durement vécu, préserver, défendre, faire le moins de dégâts possible, pour les autres vies au moins. Mais rester maternelle avant tout. Ah lui l'père ça le dérange pas de te défoncer, ça veut rien dire il peut pas comprendre. Trop encombrant. Jamais soucié par son rôle d'homme. Le semblant de paix, le bonheur qu'on te fait bouffer à l'extérieur, je vois bien que tu t'y fais pas. Je sais que c'est de la dignité devant moi, t'as toujours nié, jamais avoué. Mais seule j'entend les cris de ton cœur devenus trop bruyants. Alors on peut vivre de cette façon comme si ça dérange personne, comme si ton existence a si peu de valeur. Tellement inexorable, tellement rien du tout. Mais tu pourrais crever dans cette incompréhension, crever dans le silence, crever dans l'indifférence générale, crever dans l'idée que toi et tes semblables se courberont toujours et encore. Dure constatation, mais maman même si maintenant ta bouche est close, ta face, ta gueule, ton visage est marqué par le passé. Mais sur ton front se lit que le malheur, la souffrance t'ont traversée. Sous mes yeux ta vie se déroule. Je veux pas collaborer au putain de rôle que père tente de tenir. Tout seul il peut se persuader qu'il a rien fait, il peut se convaincre que c'est pas sa faute, mais moi rien, que dalle. J'arrive pas à gober, j'avalerai rien, j'contribuerai pas, je lui rappellerai. J'y veillerai maman, je t'aime. Je t'aime.

Des poupées et des anges

_ Faut pas tuer les instants de bonheur Valentine.
_ Tu cites Baudelaire maintenant !
_ Ah bon ?

L'étudiante

_ Il nous faut Saul.
_ Il marchera pas il s'est rangé y a un an.
_ Il a eu une révélation ?
_ Un ulcère.
_ Et si tu lui demandais ?
_ Oh si je lui demandais ?

Ocean's Eleven

L'amour c'est n'avoir jamais à dire qu'on est désolé.

Dark Shadows