Réplique du film Gossip girl

Blair : Nate attend que je lui donne une réponse.
Chuck : Il parait.
Blair : Ça t'intéresse de savoir ce qui me retient ? Je ne pourrais pas répondre à sa question tant que tu n'auras pas répondu à la mienne. Celle que je t'ai posée il y a une éternité... On est quoi l'un pour l'autre... ?
Chuck : Blair...
Blair : Il y a quelques mois, tu m'as dit qu'on ne pouvait pas être ensemble. Alors moi je t'ai cru. Mais à chaque fois que j'essaye de passer à autre chose, tu es là. On dirait que...
Chuck : On dirait que quoi ?
Blair : Que... Peut-être que tu veux simplement que je sois aussi malheureuse que toi.
Chuck : Non, je ne souhaiterai ça à personne... Je ne veux que ton bonheur Blair.
Blair : Alors réfléchis bien. Interroge ton cœur, je sais que tu en as un. Et dis-moi si les sentiments que tu as pour moi sont sincères ou si tout ça n'est qu'un jeu. S'ils sont sincères, on trouvera une solution. Personne ne souffrira. Mais si ce n'est pas le cas, je t'en pris Chuck, rends-moi ma liberté...
Chuck : Ce n'est qu'un jeu. Je déteste perdre. Tu peux partir.
Blair : Je te remercie !
[Blair part, Serena arrive]
Serena : Chuck, pourquoi tu lui as dit ça ?
Chuck : Parce que je l'aime plus que tout. Elle ne serait pas heureuse avec moi.

Personnage(s):


Film: Gossip girl

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Gossip girl



_ À ta place je me rendrais !
_ À ta place, j'me brosserais les dents.

Peter Pan

Arthur : Mais c'est pas compliqué, bon Dieu ! Y a Calogrenant à droite, Léodagan à gauche, et nous on arrive par le milieu !
Lancelot : C'est bon jusque là ?
Perceval : Attendez, moi, si je me souviens bien du coin, il y a la rivière qui passe en travers !
Arthur : Ah, mais merde avec votre rivière !
Perceval : C'est un point de repère comme un autre !
Lancelot : Mais bon Dieu, il y a pas besoin de point de repère puisque les envahisseurs vont nous attaquer de face !
Perceval : De face, ça va ! C'est le reste qui va pas !
Arthur : Mais quoi, nom d'un chien !?
Perceval : Ben la gauche, la droite, là ! Moi j'aime pas ces trucs !
Lancelot : Mais qu'est ce que vous aimez pas ?
Perceval : Ces conneries de gauche et de droite ! Ça veut rien dire ces machins ! Selon comme on est tourné ça change tout !
Arthur : Mais qu'est ce que vous nous chantez ?
Perceval : Moi j'estime que quand on parle tactique militaire, il faut employer des termes précis !
Lancelot : Ben oui, effectivement, ça peut prêter à confusion…
Arthur : Non mais attendez, nous c'est pour vous qu'on dit gauche et droite ! C'est pour pas vous embrouiller !
Perceval : Si, ça m'embrouille !
Lancelot : Ah bon ? On peut parler normalement alors ?
Perceval : Professionnel !
Arthur : Bon, ben alors, OK, on reprend depuis le début ; donc, Calogrenant est posté depuis hier soir au Nord-Est de la zone d'attaque…
Lancelot : … Léodagan, Sud-Sud-Est, un peu plus en retrait avec ses cavaliers…
Perceval : Moi j'aime pas ces histoires de Sud-Est, Nord-Ouest, et tous ces machins !
Arthur : Quoi, qu'est ce qu'il y a qui va pas encore ?!
Perceval : C'est un coup à se planter ça ! De toutes façons, on dit le Nord ! Selon comme on est tourné ça change tout !

Kaamelott

Tom Lefroy : Oui mon oncle. Et demain, nous en rencontrons une autre : Madame Radcliffe. C'est une femme solitaire, presqu'une recluse, mais je connais son mari, il est juriste.
Le juge Langlois : Juriste ?
Henry Austen : Oui, juriste, William Radcliffe.
Jane Austen : Elle est écrivain de profession.
Le juge Langlois : [de plus en plus choqué] Profession ?
Tom Lefroy : 500 livres, mon oncle, pour son dernier roman : Les mystères d'Udolphe et 800, je crois, pour son prochain.
Jane Austen : L'italien.
Le juge Langlois : Elle a gagné plus de 1000 livres ? Ohohoho, quelle époque !

Becoming Jane

_ Je vois ton visage !
_ Et moi, le tien.

le tombeau des lucioles

J'avais décidé de fuir cette maison, pour partir seul, à l'aventure. Mais pas ce soir là parce qu'il faisait un peu froid, dehors, quand même.

Prête-moi ta main