Réplique du film Tout pour plaire

_ ... Moi ça fait vingt ans que je prends le métro, j'ai jamais rencontré personne. Pendant des années, j'étais persuadée que l'homme de ma vie m'attendait dans chaque wagon, alors à chaque station je regardais les hommes monter.
_ Et alors ?
_ Ben rien, j'ai acheté une voiture.

Personnage(s): Juliette et Florence


Film: Tout pour plaire

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Tout pour plaire



_ T'as déjà tiré ?
_ Jamais sur du carton

Nikita

_ Serena !
_ Désolé de ne pas t'avoir dit au revoir, mais après ce que tu as fait...
_ T'en vas pas.
_ Quoi ?
_ Part pas avec Seb.
_ Nate ?
_ Je sais la vidéo c'était pas une bonne idée... je suis désolé... J'ai... j'ai fait ça parce que... depuis l'autre soir, non en fait depuis, depuis le moment ou t'es parti sans explication... Monte pas dans la voiture reste, reste avec moi. Donne moi une chance.

Gossip girl

Du bonheur à l'état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C'était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l'héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét', ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l'intégrale des muppets-show, la fin de 2001. Mieux que le déhanché d'Emma Peel, Marilyn, la schtroumpfette, Lara Croft, Naomi Campbell et le grain de beauté de Cindy Crawford. Mieux que la face B d'Abbey Road, les CD d'Hendrix, qu'le p'tit pas de Neil Armstrong sur la lune. Le Space-Mountain, la ronde du Père-Noël, la fortune de Bill Gates, les transes du Dalaï-Lama, les NDE, la résurrection de Lazare, toutes les piquouzes de testostérone de Schwarzy, le collagène dans les lèvres de Pamela Anderson. Mieux que Woodstock et les rave-party les plus orgasmiques. Mieux que la défonce de Sade, Rimbaud, Morisson et Castaneda. Mieux que la liberté. Mieux que la vie...

Jeux d'enfants

Pour mentir, la confiance y'a pas mieux.

Secret Défense

À bien des égards, la tâche du critique est aisée. Nous ne risquons pas grand-choses, et pourtant, nous jouissons d 'une position de supériorité par rapport à ceux qui se soumettent avec leur travail, à notre jugement. Nous nous épanouissons dans la critique négative plaisante à écrire et à lire. Mais l'amère vérité, qu'il nous faut bien regarder en face, c'est que dans le grand ordre des choses, le mets le plus médiocre a sans doute plus de valeur que la critique qui le dénonce comme tel. Il est pourtant des circonstances où le critique prend un vrai risque : c'est lorsqu'il découvre et défend l'innovation. Le monde est souvent malveillant à l'encontre des nouveaux talents et de la création. Le nouveau a besoin d'amis. Hier soir, j'ai vécu une expérience inédite. J'ai dégusté un plat extraordinaire d'une origine singulière s'il en est. Avancer que son plat et son créateur ont radicalement changés l'idée que je faisait de la grande cuisine serait peu dire. Ils m'ont bouleversé au plus profond de mon être. Je n'ai jamais fais mystère du mépris que m'inspirait la devise d'Auguste Gusteau : « Tout le monde peut cuisiner ».
Mais ce n'est qu'aujourd'hui, aujourd'hui seulement que je comprends vraiment ce qu'il voulait dire. Tout le monde ne peut pas devenir un grand artiste. Mais un grand artiste peut surgir n'importe où. Il est difficile d'imaginer origine plus modeste que celle du génie qui officie maintenant chez Gusteau et qui est à nos yeux rien moins que le plus grand cuisinier de France. Je retournerai bientôt chez Gusteau, plus affamé que jamais.

Ratatouille