Réplique du film Munich

Tu ne sais pas ce que c'est de ne pas avoir de pays, vous les rouges d'Europe vous ne savez pas.

Personnage(s): Un militan Palestinien


Film: Munich

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Munich



Homme sans ennemis, homme sans valeur.

Largo Winch 2

Vous êtes myopes des yeux, myopes du cœur et myopes du cul !

Le père noël est une ordure

Emily : Tu étais au téléphone ?
Richard : Appel longue distance.
Lorelai : Dieu ?
Richard : Londres.
Lorelai : Dieu vit à Londres ?
Richard : Ma mère vit à Londres.
Lorelai : Ta mère est Dieu ?
Richard : Lorelai...
Lorelai : Alors Dieu *est* une femme !

Gilmore Girls

_ Le seul banquier que j'ai connu est mort prématurément, il avait une femme ravissante
_ J'ai cru que vous alliez dire qu'il avait une femme ravissante celui-là.
_ J'allais pas dire celui-là, j'allais dire lui aussi.

Les Morfalous

Quand le Roi Lear meurt à l'acte 5, tu sais ce que Shakespeare a écrit ? Il a écrit « Il meurt ! ». C'est tout, rien de plus. Sans fanfare, ni métaphore, pas de grande envolée lyrique. L'apothéose du plus grand des chefs-d'œuvre de la littérature dramatique c'est « Il meurt ! ». Il fallait Shakespeare, un génie, pour dire simplement « Il meurt ! ». Pourtant chaque fois que je lis ces deux mots, je me sens submergé d'un incommensurable chagrin. Et je sais que c'est normal d'être triste, mais pas à cause des mots « Il meurt ! », mais à cause de la vie qu'on a vécue avant ces mots là.
J'ai vécu chacun de mes 5 actes et je ne te demande pas de te réjouir parce que je m'en vais, je te demande simplement de tourner la page, de continuer à lire et de commencer une nouvelle histoire. Et si quelqu'un te demande ce que je suis devenu, tu lui raconteras ma vie merveilleuse en terminant par le simple et modeste « Il meurt ! ».

Le merveilleux magasin de M. Magorium