Réplique du film Troie

Tu n'auras plus d'yeux ce soir, ni d'oreilles, ni de langue. Tu vas errer dans les Enfers aveugle, sourd et muet.
Et tout le monde saura qui est Hector !
Le fou qui a cru avoir tué Achille.

Personnage(s): Achille


Film: Troie

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Troie



Depuis l'instant où nous sommes nés, nous sommes destinés à former des unions avec les autres... Une poursuite constante à la rencontre, à l'amour, à l'appartenance. Dans une union parfaite, on trouve la force qu'on ne peut pas trouver en nous-même. Mais la force d'une union ne peut pas être connue... Jusqu'à ce qu'elle soit testée.

Revenge

Avec les yeux fermés, on voit mieux les gens.

Zatôichi

_ Parce que c'est ce que font les gens. Ils se jettent. En priant le ciel de les faire voler. Vu que sans un miracle on est sûr de se ramasser en beauté. Alors on se demande, tout le temps que dure la chute : « Bon sang, qu'est-ce qui m'a pris de sauter ? » regarde moi, je viens de sauter. Il n'y a qu'une personne qui me donne l'impression d'avoir des ailes et de planer. Toi.
_ Donc en gros tu m'aimes bien ?
_ Non, je t'aime. Et je l'ai su au premier rendez-vous.

Hitch Expert en séduction

Désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiment.
Ce qu'on nomme l'amour n'est que l'alibi rassurant de l'union d'un pervers et d'une pute, que le voile rose qui couvre la face effrayante de l'inéluctable solitude.
L'amour, c'est tout ce qu'on a trouvé pour aliéner la déprime post-coïtum pour justifier le fornicateur de l'orgasme. C'est la quintessence du beau. Du bien, du vrai, qui refaçonne votre sale gueule, qui sublime votre existence mesquine.
Et bien moi je refuse.
Je pratique et je prône l'hédonisme mondain il m'épargne, il m'épargne les euphories grotesque du premier baiser, du premier coup de fil, écouter douze fois un simple message, prendre un café, un verre : les amis communs, les vacances sur la côte, puis un dîner : les auteurs préférés, le mal de vivre, pourquoi sortir tous les soirs, la première nuit, suivie de beaucoup d'autres, ne plus rien avoir à se dire, baiser pour combler les blancs, ne même plus avoir envie de baiser, se détacher, rester ensemble quand même, s'engueuler, se réconcilier tout en sachant que c'est mort au fond, aller baiser ailleurs, et puis plus rien.
Souffrir...

Hell

Et cette manie que tu as de cracher partout comme un lama !

Dikkenek