Réplique du film Astérix aux jeux Olympiques

Je désire ton cœur comme César le monde.
Armé de mon amour, je me lance à l'assaut.
La jolie belette, le chevreuil délicieux,
Le geai, l'orvet, la fouine,
Tous les amis de bois,
Dansent la farandole et emboitent le pas
Pour crier avec moi d'une seule voix :
Irina !

Personnage(s):


Film: Astérix aux jeux Olympiques

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Astérix aux jeux Olympiques



L'important est qu'il crève !

N.C.I.S. : Enquêtes spéciales

La marche des vertueux est semée d'obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin, surgir l'œuvre du malin. Béni soit-il l'homme de bonne volonté qui, au nom de la charité se fait le berger des faibles qu'il guide dans la vallée d'ombre de la mort et des larmes, car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés. J'abattrai alors le bras d'une terrible colère, d'une vengeance furieuse et effrayante sur les hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de Dieu. Et tu connaîtras pourquoi mon nom est l'éternel quand sur toi, s'abattra la vengeance du Tout-Puissant !

Pulp Fiction

Dame Ginette, j'ai d'la bonne fèves et d'grosses andouilles !

Les couloirs du temps, les visiteurs 2

Pour un petit pain suédois t'as une grande gueule dis-donc !

Fatal

Chère Claire,

Les mots « si » et « j'avais » sont des mots qui pris séparément n'ont rien de particulièrement effrayant mais placez les l'un à la suite de l'autre et ils auront le pouvoir de vous hanter pour le reste de vos jours : « si j'avais ». « Si j'avais ». Oui « si j'avais ». Je ne sais pas comment votre histoire c'est terminée, mais si ce que vous ressentiez à l'époque était le grand amour, sachez qu'il n'est jamais trop tard.
Si c'était vrai à ce moment-là, pourquoi ne le serait-ce pas aujourd'hui ? Il vous faut seulement le courage d'écouter votre cœur. J'ignore ce qu'est un amour comme celui de Juliette, un amour pour lequel on est prêt à tout quitter, pour lequel on est prêt à traverser les océans, mais je veux croire que s'il m'était un jour donné de le trouver, j'aurais le courage d'oser le vivre. Et si vous, Claire, n'avez pas eu ce courage, j'espère qu'un jour viendra où vous l'aurez.

Avec mon amitié,

Juliette.

Lettres à Juliette