Réplique du film Il faut sauver le soldat Ryan

Il resterait pas dans cette ville un genre d'hôtel trois étoiles avec des draps propres, de bons oreillers et un room service ?

Personnage(s):


Film: Il faut sauver le soldat Ryan

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Il faut sauver le soldat Ryan



Roads? Where we're going, we don't need roads.

Retour vers le futur

La vie n'est que peine Altesse. Ceux qui vous disent le contraire essaient de vous vendre quelque chose.

The princess bride

_ Moi ce que je veux, c'est que tu me le montres. Je te repousse pas Lucas, au contraire, je m'accroche de toutes mes forces, seulement je tiendrais pas si toi tu m'aides pas ! Et pourquoi tu m'as pas parlé de ce baiser ? Pourquoi tu m'as pas appelée pendant ton voyage ? Et pourquoi est-ce-que tu m'ouvres pas totalement ton cœur ? Tout le monde nous attend pour les discours... Il faut qu'on aille parler d'amour.
_ Brooke, ne m'en veux pas, je t'en supplie.
_ Je t'en veux pas Lucas, je t'en veux pas...

Les frères Scott

Je suis le dernier des Mohicans !

Le dernier des Mohicans

Il a toujours été évident pour moi qu'un jour ou l'autre je finirais par atterrir dans cette ville. Sans vouloir me vanter, je suis un homme extrêmement séduisant. Je n'y peux rien. Je fais rien pour, c'est comme ça. Quand j'étais petit, la meilleure amie de ma mère n'arrêtait pas de me dire que, plus tard, je deviendrai un bourreau des cœurs. Il s'avère qu'elle avait raison. Un jour, son mari est rentré à la maison et il nous a surpris en train de baiser sur un appareil de muscu. Los Angeles, Californie : c'est là que tous les bourreaux des cœurs se retrouvent pour vivre et pour rêver. Chaque mois, il y en a trente mille qui débarquent ici. Trente mille super tombeurs et super nanas aux jolis petits seins. Ils ont tous des étoiles dans les yeux. Et un rêve dans le cœur. Quand je suis arrivé ici, moi aussi j'avais un rêve : le rêve d'une vie facile. J'allais gagner un maximum de fric sans rien faire et on me prendrait en photos. J'allais vivre dans les collines, avoir une bagnole de sport jaune et bruyante, et baiser des filles d'un mètre quatre-vingt et cinquante kilos. Et vous savez quoi ? Presque tout est arrivé.

Toy boy