Réplique du film Dikkenek

Enlève ta p'tite culotte... Bien... Bouge pas, je vais chercher le poney.

Personnage(s): Claudy à Natacha


Film: Dikkenek

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Dikkenek



_ Que fait-on de tous ceux qui meurent de maladie ?
_ Celui qui meure de maladie, quand il voit qu'il ne peut plus travailler, il doit rentrer chez lui. Parce que s'il reste ici, toujours malade, personne ne l'aidera. Transporter un cadavre d'ici à un village ça coûte cher.
_ C'est mieux qu'il aille à pied ?
_ Il vaut mieux prendre un véhicule tant qu'on est encore en vie, le transport ne coûte pas cher. Mais une fois que tu es mort le prix change.

Le cauchemar de Darwin

Rien. De même que dans l'amour cette illusion existe, cette illusion de pouvoir ne jamais oublier. De même, j'ai eu l'illusion devant Hiroshima que jamais je n'oublierais, de même que dans l'amour... Comme toi, j'ai essayé de lutter de toutes mes forces contre l'oubli, comme toi j'ai oublié... Comme toi j'ai désiré avoir l'inconsolable mémoire, une mémoire d'ombre, de pierre. J'ai lutté pour mon compte, de toutes mes forces, chaque jour, contre l'horreur de ne plus comprendre du tout le pourquoi de ce souvenir. Comme toi, j'ai oublié. Pourquoi nier l'évidente nécessité de la mémoire ? Écoute-moi, je sais encore : ça recommencera 200 000 morts, 80 000 blessés en 9 secondes, ces chiffres sont officiels, ça recommencera. Il y aura 10 000 degrés sur la terre, 1000 soleils dira-t-on.

Hiroshima mon amour

De quoi meurent les neurones d'une blonde ? Elles meurent de solitude.

Twilight Chapitre 4 : révélation

Si vous n'aimez pas la mer... Si vous n'aimez pas la montagne... Si vous n'aimez pas la ville : allez vous faire foutre !

À bout de souffle

Épargne moi ces détails dégoûtants, mais je vais te rassurer, ça m'a toujours écœuré. Je suis passé outre parce que je voulais m'abrutir après le décès de Julie, ça m'était égal avec qui ça se passait, une vache aurait très bien fait l'affaire. Les putes sont malheureusement très loin d'ici et une fois tous les deux mois ça ne suffit pas, à mon grand regret.

Le ruban blanc