Réplique du film Rocky 5

Aller viens la mon Rocky, Apollo il va pas savoir d'où ça tombe, tu vas lui passer dessus comme un bulldozer, t'es un bulldozer italien ! Tu sais coco j'me mets à ta place moi avant le combat qui se prépare parce que j'ai été jeune moi aussi. Il faut que j'te dise un truc, si t'étais pas là, je serais peut-être plus en vie à l'heure qu'il est. Mais le fait que tu sois là et même un peu la, ça me donne une motivation, oui pour rester en vie parce que moi j'crois que des fois on meurt quand on a plus envie de vivre et la nature est beaucoup plus fine qu'on le croit. Petit à petit on perd des amis on perd un petit peu de tout, et à force de perdre encore et toujours on se dit mais à quoi bon vivre si c'est sa la vie. J'ai aucune raison de continuer mais avec toi, moi j'ai une raison de continuer et j'veux rester bien vivant, histoire d'assister à ta réussite. Et j'te lâcherai que quand tu seras champion vu que quand j'te lâcherai non seulement tu sauras te battre et j'vois bien que tu sauras t'occuper de toi en dehors du Ring aussi !

Personnage(s): Mickey Goldmill à Rocky


Film: Rocky 5

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Rocky 5



Nous on aime l'effort, mais on ne le pratique pas.

Les démons de Jésus

Raoul, le cri qui désaoule !

Quatre garçons pleins d'avenir

On ne renonce jamais aux chevaux vous savez, ça fait dix mille ans que les humains tentent de dresser les chevaux. Chaque humain recommence avec chaque cheval, le même travail, la même aventure, difficile et périlleuse. Dix mille ans qu'on tombe, dix mille ans qu'on se relève, qu'on invente les voitures, qu'on invente les avions, et pourtant on continue à monter à cheval...

Danse avec lui

_ Tu veux savoir de quoi je parle avec l'autre Grey ? De tout ce que toi tu ne me laisses pas dire.
_ Tu sais que tu peux tout me dire.
_ Je veux qu'on se marie, je veux qu'on ait des enfants et une maison à nous. Je veux vivre avec toi et vieillir avec toi. Je veux mourir dans tes bras à cent dix ans ou plus. Voilà ce que je veux. Je ne veux pas quarante huit heures non-stop avec toi. Je veux toute ma vie... Tu vois ce qu'il se passe, je te dis toutes ces choses et tu te retiens de toutes tes forces de partir en courant. C'est pas grave, je comprends, ça a été dur mais maintenant je comprends : c'est le tout début pour toi alors que moi ça fait longtemps que j'en suis là. Au fond t'es encore qu'une interne, et t'es pas prête.
_ Je ne suis pas prête pour l'instant mais on peut continuer comme ça et un jour je s'rai prête, je s'rai prête.
_ On peut continuer comme ça, on peut se retrouver dans les ascenseurs, les chambres de garde, et un jour peut-être tu s'ras prête. J'attendrai, j'attendrai que tu sois prête.
_ Et bien alors ?
_ Mais si jamais en attendant je tombe sur une femme prête à m'offrir c'que tu n'peux pas m'offrir...
_ Et bien, qu'est c'que tu feras ?
_ J'en sais rien...

Grey's Anatomy

_ Je suis désolé Thérèse, je ne sais pas ce qui m'a pris... C'est une catastrophe.
_ Ce n'est rien Pierre, je n'ai rien senti...

Le père noël est une ordure