Réplique du film Le poulpe

On se connaît, face de pet ?

Personnage(s): Gabriel Lecouvreur


Film: Le poulpe

Noter cette réplique

0 étoile(s) - 0 vote(s).
Vous devez être connecté pour noter une citation
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.
Poster sur Facebook Tweeter Pin
Erreur! Désolé, merci de réessayer..
Bravo! La réplique vient d'être postée sur votre mur.


Voir une autre réplique Le poulpe



J' rigole pas, j'avais tellement bien pigé le truc qu'on m'a donné le paradis sur Terre.

Casino

C'est quelque chose de revenir chez soi. C'est le même cadre, la même odeur, la seule chose qui ait changé, c'est vous.

L'étrange histoire de Benjamin Button

J'ai une tante, qui, quand elle vous sert quelque chose dit toujours « Tu m'dis stop ». Ma tante dirait « Dites stop », et bien sûr, on ne le fait jamais. On ne dit jamais stop, parce qu'il y a toujours la possibilité d'avoir plus. Plus d'alcool, plus d'amour, plus de tout, plus c'est toujours mieux. Il y a long à dire sur l'histoire du verre à moitié plein, sur le fait de savoir quand dire « stop ». Je crois que c'est une ligne assez flou, une sorte de baromètre des besoins et des envies. Ça dépend entièrement de chaque individu, et ça dépend de ce qu'il y a dans le verre. Parfois on veut juste une petite gorgée, d'autres fois on en a jamais assez. Le verre n'a pas de fond, et on en veut toujours plus...

Grey's Anatomy

Here's looking at you, kid.

Casablanca

Un matin, de toutes les questions existentielles que vous vous êtes posés pendant l'hiver, il n'en reste plus qu'une « Où sont mes petites scandales ». Pour une fille des villes comme moi, les petites scandales qu'on sort de leur papier de soie, c'est comme les premiers papillons qu'on voit voler : C'est le signe que les beaux jours sont revenus. Bien sur parfois on peut aussi se planter. Mais quand on a la chance dans sa vie d'avoir un type formidable qui vous protège de la pluie, le retour des beaux jours, on continue d'y croire.

Clara Sheller